19 avril, 2007

Cherchons simplement le meilleur

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 18:13

Depuis quelques jours un peu de morosité s’était installé dans mon coeur, avec un peu de fatigue dû à notre séjour dans les Pyrénées qui fut plein de richesses et de partages, mais qui pour moi, handicapée, sans vouloir attirer de la pitié, me demande de gros efforts; mais de changer d’air nous a fait le plus grand bien avec mon mari, qui lui aussi en avait bien besoin.
Si je ne me suis pas remise tout de suite à reécrire sur mon blog, j’ai voulu prendre du recul et réfléchir si cela valait la peine que je le continues; parce que je me posais la question si mon rêve s’était réalisé.
Mon rêve était de donner ou d’aider des personnes par ordinateur interposé, puisque cela ne pouvait être qu’ainsi.
Le fait d’avoir ouvert ce blog me permets de recevoir beaucoup de bonheur, en allant flâner de blog en blog, par photos interposées, je redécouvre mon département plus beau que nature,en un simple clic je peux lire la Bonne Parole, moi qui aimerai me promener sur une plage les pieds dans l’eau je peux le faire virtuellement, découvrir des horizons insoupçonnés et beaucoup d’autres merveilles, mais en contrepartie qu’est ce que je donne?
La réponse est apparue à mes yeux aujourd’hui en relisant tous vos coms si sympathiques, en les analysant, j’ai compris qu’il fallait que je continues, ne serait ce que pour déposer un petit peu de bonheur dans votre banque à souvenirs, et aux fils des jours je vous promets de surmonter mes doutes et de positiver sur chaque jour qui nous est donné de vivre.

Marilou 

17 avril, 2007

Enfin me revoilà parmi vous

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 17:54

Voilà plus d’une semaine que je vous ai quitté, et je suis désolé de n’avoir pu vous rejoindre plus tôt.
Le séjour dans les Pyrénées m’a un petit peu fatigué, mais rassurez-vous rien de grave. Et je ne regrettes rien nous avons passés des journées formidables en compagnie de nos amis pyrénéens qui ont eu l’amabilité de nous promener jusqu’en Espagne à Médiano au village englouti, c’est trés impressionnant de voir la pointe du clocher qui dépasse au-dessus de l’eau. J’ai été sidéré par les couleurs bleus turquoise de l’eau de ce lac qui s’étire sur plus de trente kilomètres de long.
D’ailleurs si quelqu’un pouvait me donner de plus amples renseignements sur ce site j’apprécierai énormèment et je vous en remercie trés sincèrement par avance

J‘ai une amie qui recherche des textes sur l’amitié par le biais de mon blog je vais les lui faire parvenir et comme cela vous pourrais en profiter

 parcheminamiti.gif                   livrevioletavecchatcestsuper.gif

.     

6 avril, 2007

bon week-end pascal à tous

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 8:50

Aprés-midi nous partirons passer quelques jours dans les Baronnies enHautes-Pyrénées pour nous ressourcer et profitez de la compagnie de nos amis. Je pense que nous reviendrons si tout va bien Mardi prochain. En attendant de vous retrouver je vous souhaite à tous et à toutes un joyeux week-end pascal.

pomegif.gifcitationabbpierre.gif

3 avril, 2007

Plus ample connaissance

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 17:26

Bonjour à tous et à toutes qui passaient sur mon blog,

Merci pour tous vos commentaires, merci à tous ceux qui prennent le temps de s’y attarder; aujourd’hui j’éprouve le besoin de vous dévoiler un petit coin supplémentaire de ma vie privée avec vous tous.

Voilà! je me prénomme Marie-France,j’habite en Dordogne, mais cela vous le savez déjà, en Périgord pourpre, pas trés loin du Lot et Garonne qui se situe à cinq ou six kilomètres à vol d’oiseau de mon domicile, dans une commune du Canton de Beaumont du Périgord.

Je suis mariée depuis bientôt trente deux ans, nous avons eu deux garçons qui aujourd’hui ont trente et vingt six ans . J‘ai travaillé dans plusieurs domaines jusqu’à l’âge de cinquante quatre ans, où, à mon grand regret j’ai dû me résigner à accepter cette fatalité, ne plus travailler pour raisons de santé, du jour au lendemain, oh! je savais bien que cela aller, me pendre au nez, mais dans ma tête je n’étais pas prête pour un arrêt si brutal; celà à dû arriver à d’autres personnes, je ne dois pas être la seule dans ce cas. Heureusement, que j’avais six mois auparavent crée un atelier théâtre sur ma commune, je pense que s’il n’avait pas été en route à ce moment là , il ne serait pas encore créé; sans vouloir attirer de la pitié , j’ai eu l’impression que tout s’écrouler autour de moi; il m’a fallu deux ans pour arriver à accepter ce destin. Les enfants m’ont aidé énormèment et également mon époux le pauvre qui as dû accepter mes sautes d’humeur, oh! il en avait l’habitude, auparavant, mais là, j’étais devenu un ouragan; mais si nous regardons le côté positif, j’ai pu réaliser enfin ce que j’avais toujours souhaité au plus profond de mon coeur; écrire. Pour moi, déverser sur le papier tout ce que mon coeur ne peux pas exprimer par des mots, c’est quelque chose de merveilleux. Et comme la fatalité nous aime bien, deux ans et demi aprés-moi, cela a été autour de mon époux d’être en arrêt également pour raison de santé. Disons que à tous les deux nous arrivons à être une personne assez valide. Nous avons la chance d’être une famille unit, j’ai toujours veillé à ce que cela soit ainsi, car pour moi ce n’est pas pensable autrement. Nous sommes entourés d’amis; certains habitent  prés de chez nous et d’autre un peu plus éloignés, mais que nous voyons assez régulièrement, notamment nos amis des Hautes Pyrénées, qui habite un village dans les Baronnies pour ceux qui connaissent et pour les autres je les invite à aller y faire un tour, c’est une région, merveilleuse aussi bien au printemps qu’en automne, et c’est là que j’entends mon amie me dire , mais aussi en été et en hiver, ce que je ne doute pas , mais nous n’y sommes jamais allé en été, et pas plus en hiver, nous en Dordogne quand nous avons trois centimètres de neige , on ne roule plus;  alors! je ne me vois pas avec vingt centimètres.

Ce matin en relisant les commentaires que vous avez eu l’amabilité de me laisser , je me disais , qu’il y avait un certain hasard, qui était loin de me déplaire; une dame qui habite en Provence, alors que nous avons également des amis dans cette belle région, et cette dame a eu de la famille en Dordogne. Une autre dame qui je crois habite L’île d’Oléron, nous avons notre fils le plus jeune qui va régulièrement sur l’île d’Oléron pour rendre visite aux grands-parents de sa copine; une dame de la région bretonne, qui en me promenant sur son blog je redécouvre mon département et le Lot et Garonne différemment par des photos inouies; n’est ce pas merveilleux tout cela. Je vous l’ai déjà dit, il y a quelques temps que je désirais ouvrir un blog, j’étais dans un inconnu total, ne sachant pas comment j’allais le réaliser et surtout ce que cela m’apporterait; pour le réaliser c’est sûr je ne dois pas être au top, mais c’est inimaginable tout ce que vous pouvez m’apporter par vos messages que je ressens pleins d’affections alors que nous ne nous connaissons pas, se créer des amis virtuels c’est merveilleux, alors que peut-être si nos chemins se croisaient , nous n’échangerions peut-être pas un regard, parce que le temps nous manquerait, ou parce que le physique de l’un ou de l’autre ferait qu’il n’y aurait pas d’atomes crochus entre nous. Quelle belle invention l’informatique, même si des fois , il y a des travers. Tous ces horizons qui sous des simples clics sont à notre portée; et les beaux voyages que nous pouvons réaliser quand nos jambes nous permettent plus de les faire rééllement; je ne sais pas vous mais moi je ne vois pas le temps passer quand je tapote mon clavier. Voilà je vais m’arrêter là pour aujourd’hui sinon à minuit je serais encore avec vous et demain je n’aurais plus rien à vous raconter.

Je vous souhaite de passer une trés bonne soirée ainsi qu’une trés bonne nuit et je terminerais en étant égoïste continuaient à me faire , nous faire rêver.

Je me  de vous embrasser à tous amis virtuels et amis réels

Marilou ou Marie-France comme il vous plaira

30 mars, 2007

partage de lecture

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 15:07

Je viens vous souhaiter à tous, une trés bonne journée, malgré le mauvais temps. Je ne sais pas vous, mais, moi, il me tarderait que le temps soit beaucoup plus clèment, et que le printemps puisse arriver parmi nous. Les premières fleurs sont toutes tristounettes, même les oiseaux n’ont pas le ramage habituel qu’il devraient avoir à cette saison. J’ai bien peur que nous allons encore avoir un week-end pourri, à moins que vous ayez la chance comme moi d’aller le partager avec des amis.

Revenons au blog,aujourd’hui, je souhaiterai vous faire partager des écrits qui ne sont pas miens mais que je trouve si beaux à méditer. dont celui-ci de Céline Demaine. J’ai trouvé ce texte sur l’Arc-en-Ciel des Baronnies.   Un avenir à réinventer

Un avenir à réinventer:Parce qu’une force nous envahit.Cette force est celle qui nous pousse à agir aujourd’hui, pour mieux créér demain. Se tourner vers autrui: parce que c’est notre priorité pour avancer sur les chemins de la vie. Porter un regard sur l’être fatigué, sur ses yeux perdus entre mille rides: parce que ce sont ces gens qui ont la peau vieillie qui nous ont donné la vie. Apprendre à écouter l’autre: parce qu’on a jamais fini d’apprendre. Briser les préjugés: parce qu’ils blessent l’homme. S’arrêter un moment et écouter la prière qui résonne au fond de soi: parce que nous en avons besoin. Sauver la terre, richesse si fragile à nous ses enfants: parce qu’elle est source de vie et qu’elle nous fait grandir. Répandre notre Espèrance: parce que sans elle nous n’avançons plus. Un sourire sur notre visage et de la lumière dans nos yeux, juste comme moyen de communication: parce que c’est le début de la compréhension et de l’échange. Transmettre son message: parce q’on ne peut pas garder les souffrances du monde en nous. Le mot « justice » écoutez-le: parce que c’est mon premier cri. Respecter la valeur des choses: parce que nous avons besoin de retrouver un monde vrai, sans voile qui puisse nous tromper. Créer, puis s’émerveiller devant ce qui vient d’être accompli: parce que c’est le résultat du travail de l’homme. Savoir être patient: parce que le temps est le premier matériau nécessaire au façonnement de toute chose qui puisse exister. Devenir responsable: parce que c’est un devoir inscrit en nous. Apporter le meilleur de soi: parce que chacun de nous possède un don qui ne demande qu’à être partagé. Agir aujourd’hui:  parce que si ce n’est pas nous, qui? Si ce n’est ici, où? Et  si ce n’est pas maintenant, quand?  Garder ses rêves et tout faire pour les réaliser; surtout ne pas attendre: parce qu’ils ne s’appellent pas ‘Utopie’. Croire en ses projets: parce que nous voulons y laisser nos empreintes. Avoir la force de réinventer: parce que c’est l’avenir qui en dépend.     Celine Demaine

27 mars, 2007

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 16:32

écrits divers

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 11:20

Allez! mon petit doigt m’a dit que ce weed-kend vous aviez été bien sages. Aussi, pour continuez à vous donner du baume au coeur , je vais vous faire partager un poéme que j’ai également composé dans les années mille neuf cent quatre vingt cinq, sur ma région.

Périgord

Toi! Périgord aux terroirs féconds

Tu es la fierté de notre Aquitaine

Avec ta gastronomie suprême

Et ton paysage mêlé de vallées et de monts.

 

Promenade équestre dans tes sous-bois

Repos au pieds de tes fontaines

souvenirs profonds de tes domaines

Périgord à la fleur d’esprit gaulois.

 

Périgord d’un énivrant décor

Périgord vert aux couleurs des prairies

Périgord blanc aux mille Rêveries

Périgord noir au coeur d’or

M.F.

puis je vous rajoute celui-ci que j’avais écrit pour un Comice Agricole de ma région au stand du pruneau

Gloire aux pruneaux

Au pays parfumé,où le soleil est radieux

Quant tout rit d’Espérance

Aux pruneaux ouvrez votre confiance

Ils rendront vos repas précieux

Avec délices vous les dégusterez

Ces pruneaux simples et majestueux

Qui sont la gloire des pruniculteurs

Récompense de leur dur labeur!

M.F.

Je vous confirme une fois de plus que ces écrits ne sont pas libres de droits; une petite permission par com ou mails et le tour sera jouer, merci de votre compréhension. Bonne journée à tous et peut-être à demain

23 mars, 2007

pour tous les amis

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 14:22

parcheminamiti.gifbeautextepourami1.gifcadrecoeuramiti.gif

Aujourd’hui, je créé un petit livret, pour l’anniversaire d’une de mes filles. En recherchant des document, j’ai trouvé des trucs que j’ai trouvé sympa et j’ai éprouvé le désir de vous les faire partager. Je vais également vous faire partager un poème que j’ai écrit dans les années mille neuf cent quatre vint dix. je vais me répéter mais mes poèmes ne sont pas libres de droit, mais comme je ne sais jamais dire non, ayez je vous prie l’amabilité de me demander l’autorisation de le copier, ne sarait ce qu’une ligne, par avance je vous en remercie. Mon adresse contact est: gilles.vergines@wanadoo.fr 

Enfants du malheur

Là-bas, où le ciel et la terre s’épousent

Des enfants agonidentdans un bagne terrestre,

des enfants; que nul ne jalousent

Dans ses pays inondés de tristesse.

 

Traînant leur agonie, ils redoutent la faim ;

La face souillée de boue, ils haïssent la guerre;

Sans armes; ils luttent pour du pain 

Vêtus dans des manteaux de haine et de misère.

 

Sous ces cieux de mélancolies et de détresses

Ces enfants cloués dans leurs douleurs

Sont l’écrin des maladies par leurs faiblesses

Et leurs yeux ignorent l’étincelle du bonheur.

 

Ouvrons grand la porte de notre coeur.

Prions pour leur offrir un peu de lumière

A ces enfants avides de joyeuses heures,

Et pour que leur univers ne soit plus un cimetière.

M.F. 

 

20 mars, 2007

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 19:02

citationdejeandormesson.jpg Bonjour les amis et tous ceux qui viennent sur mon blog

Voilà aujourd’hui je viens de faire un grand pas dans la réalisation d’un blog, j’ai enfin réussi à comprendre la manipulation qu’il fallait éffectuer pour insérer une image. Je vous entends rire; et moi je vous répond qu’il vaut mieux tard que jamais. 

Vous pensiez peut-être que je vous avez abandonné,là, comme des vieilles chaussettes, pas du tout. ce n’est pas le genre de la maison.Il faut un peu de temps pour que nous ouvrions la porte de notre coeur, mais quand elle est ouverte, on jette la clef pour ne plus pouvoir la refermer.

Hier, comme tous les Lundi; je me suis occupée de ma maman adoptive qui vient de fêter ses 85 ans et Dieu merci, elle est moins handicapé que moi;lui faire son courrier, papoter, la taquiner. Je pensais venir vous retrouver beaucoup plus tôt,mais aujourd’hui, beaucoup de personnes nous ont rendues visites jusqu’à maintenant; notamment ma coiffeuse à domicile, et une ancienne voisine qui est venu me ramener mon cahier de poèsie, et qui m’a encourager à continuer. Voilà,c(est moi, ça, je vous raconte tout, peut-être cela ne devrait pas se faire, mais j’ai pour habitude de tous partager avec mes amis.Mais ne vous privez pas de me rouspéter si je fais des gourdes.

Allez,pour vous récompenser, de me supporter, telle que je suis, je vais mettre un poème,mais s’il vous plaît ne le volez pas s’il vous intéresse, ayez l’amabilité de me demander l’autorisation, un petit courriel, c’est vite fait, et ça ne coûte pas cher: gilles.vergines@wanadoo.fr

Aujourd’hui je vous fait part de mon tout premier poème  que j’ai écris dans les années mille neuf cent quatre vingt

Constatations

Vous les jeunes qui vivaient au temps présent

Vousqui ne travaillaient que huit heures par jour

Ou, vous, qui n’avez point le courage de travailler

Arrêtez-vous un instant et pensez à vos aïeux.

Pour donner de quoi manger à leur projéniture

Le matin à quatre ou cinq heures

Les champs avaient déjà leurs visites.

Les enfants ainés quittaient l’école à douze ans

Pour aller travailler dur chez des pachas,

Et, malgré tout ils étaient heureux de leurs efforts,

Lorsqu’ils ramenaient quatre sous à la maison

Pour aider leur parents à nourrir leurs cadets.

Vous qui vivez dans l’opulence,

Ayez une pensée pour vos aïeux

Qui, aux prix de maints efforts

Et surtout aux prix de leur bravoure;

Ils vous donnent aujourd’hui la joie

De vivre dans un beau pays : La France.

M.F. 

17 mars, 2007

Classé dans : Non classé — mfnojals @ 16:37

gabriellaroma.unblog.fr

1...7891011

Alex Blog | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres